Deux tableaux de Fragonard classés trésors nationaux

La bascule de Jean-Honoré Fragonard
Jean-Honoré Fragonard, La bascule, v. 1760-1765, Musée Fabre (détails)

L’État a acquis deux oeuvres inédites de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) après leur classement comme trésors nationaux grâce, entre autres, au mécénat d’entreprise. Elles sont dorénavant exposées au Musée Fabre de Montpellier.

Le jeu de la palette et La bascule, deux huiles sur toile peintes vers 1760-1765 par le grand maître des fêtes galantes, constituent «une remarquable paire de tableaux», selon la Commission consultative des trésors nationaux. Ces «compositions ambitieuses révèlent une importante maîtrise picturale», ajoute la Commission dans son avis du 19 avril 2017.

Ces deux toiles avaient probablement été vendues, à Paris, en avril 1786, lors de la dispersion de la collection Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt. Elles n’avaient plus été revues par la suite jusqu’à leur réapparition, le 4 janvier 2017, à l’occasion du dépôt d’une demande de certificat d’exportation qui a été refusé (arrêté du 3 mai 2017).

Ces acquisitions font l’objet d’un dépôt auprès du Musée Fabre devant mener à terme à un transfert définitif de propriété à titre gratuit. Elles viennent enrichir les collections montpelliéraines dont Fragonard était jusqu’alors absent.

Le Musée Fabre possède plusieurs oeuvres représentant le thème du voyage d’artistes en Italie. Les deux toiles du peintre provençal viennent ainsi rejoindre celles de Nicolas Poussin, Jacques-Louis David ou François-Xavier Fabre.

L’acquisition de ces oeuvres a été rendue possible grâce à des financements provenant du Musée du Louvre, de l’État, par l’intermédiaire du Fonds du patrimoine, et, à la suite d’un appel au mécénat d’entreprise, de la société Webhelp.

Texte intégral

Arrêté du 3 mai 2017 refusant le certificat prévu à l’article L. 111-2 du Code du patrimoine

Par arrêté de la ministre de la Culture et de la Communication en date du 3 mai 2017, est refusé le certificat d’exportation demandé pour une paire de tableaux de Jean-Honoré Fragonard, Le jeu de la palette/La bascule, huiles sur toile, vers 1760-1765, cette paire de toiles, rares exemples de paysages «italiens» dans la production peinte de Fragonard et sans équivalents, dont la redécouverte intervenue récemment était espérée depuis longtemps, constituant un jalon traçant la voie vers la conception autour de 1775-1780 de La fête à Saint-Cloud, et important pour l’approfondissement de la connaissance de l’activité du grand maître des fêtes galantes.

 

Avis no 2017-07 de la Commission consultative des trésors nationaux

Saisie par la ministre de la Culture et de la communication, en application de l’article R. 111-11 du Code du patrimoine,

Vu le Code du patrimoine, notamment ses articles L. 111-2, L. 111-4 et R. 111-11;

Vu la demande de certificat d’exportation déposée le 4 janvier 2017, relative à une paire de tableaux de Jean-Honoré Fragonard, Le jeu de la palette/La bascule, huiles sur toile, vers 1760-1765;

La Commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 19 avril 2017;

Après en avoir délibéré;

Considérant que les biens pour lesquels le certificat d’exportation est demandé forment une remarquable paire de tableaux réalisés probablement après son retour de Rome en 1761 par Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), un des peintres français majeurs du XVIIIe siècle, qui s’est adonné avec talent aux différents genres de peintures de son époque;

qu’il s’agit de scènes de genre avec une dimension galante, inscrites dans un décor monumental de nature et d’architecture, singulières dans l’oeuvre de Fragonard, qui a rarement adopté un format d’une telle ampleur pour ses peintures de paysage avant les oeuvres décoratives des années 1770;

que ces peintures, fortement empreintes d’une inspiration italienne par leur style libre, leur chromatisme affirmé et leur iconographie, tout en restant marquées par la peinture hollandaise du Siècle d’Or, soulignent la place importante du paysage dans l’oeuvre de Fragonard et son rôle dans le développement de la représentation de la nature pour elle-même;

que ces compositions ambitieuses révèlent une importante maîtrise picturale, alliée à une grande vitesse d’exécution;

que les analyses scientifiques, auxquelles les toiles ont été soumises, ont démontré une réalisation du point de vue technique conforme à la seconde moitié du XVIIIe siècle et la présence d’une double couche de préparation rouge et grise, similaire à celle utilisée par Fragonard entre son retour en France en 1761 et son passage aux préparations blanches ou claires vers 1780;

qu’identifiées dans le catalogue de la vente après décès de la collection de l’amateur et soutien de Fragonard, Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt (1715-1785), à Paris, en avril 1786, sous le no 107, ces peintures, dont on avait perdu la trace depuis lors, n’étaient plus connues que par deux sanguines conservées au Musée Städel de Francfort, datant du début des années 1760, et pour le Le jeu de la palette, par une version autographe de format différent, conservée à Chambéry;

que ces deux toiles, depuis longtemps recherchées et récemment réapparues, par leur caractère unique, représentent un précieux chaînon manquant entre Le petit parc, vers 1760-1763, et La fête à Saint-Cloud, 1775-1780, et constituent un complément déterminant dans la connaissance de l’oeuvre de Fragonard;

Qu’en conséquence, ces oeuvres présentent un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doivent être considérées comme des trésors nationaux,

Émet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé.

 

Avis d’appel au mécénat d’entreprise pour l’acquisition par l’État d’un trésor national dans le cadre de l’article 238 bis-0 A du Code général des impôts

La ministre de la Culture informe les entreprises imposées à l’impôt sur les sociétés d’après leur bénéfice réel qu’elles peuvent bénéficier de la réduction d’impôt sur les sociétés prévue à l’article 238 bis-0 A du Code général des impôts égale à 90 % des versements qu’elles pourraient effectuer, dans la limite de 50 % de l’impôt dû au titre de l’exercice considéré, en participant à l’acquisition par l’État, pour l’Établissement public du musée du Louvre, d’une paire de tableaux de Jean-Honoré Fragonard, Le jeu de la palette, 75,2 × 99,7 cm, et La bascule, 75 × 99,5 cm, huiles sur toile, circa 1761-1765.

Ces deux paysages «italiens» remarquables de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), un des peintres français majeurs du XVIIIe siècle, réalisés probablement après son retour de Rome en 1761, représentent des scènes de genre avec une dimension galante, inscrites dans un décor monumental de nature et d’architecture, singulières dans l’oeuvre du maître qui a rarement adopté un format d’une telle ampleur pour ses peintures de paysage avant les oeuvres décoratives des années 1770. Fortement empreintes d’une inspiration italienne par leur style libre, leur chromatisme affirmé et leur iconographie, tout en restant marquées par la peinture hollandaise du Siècle d’Or, ces oeuvres soulignent la place importante du paysage dans l’oeuvre de Fragonard et son rôle dans le développement de la représentation de la nature pour elle-même. Ambitieuses compositions, elles révèlent en outre une importante maîtrise picturale, alliée à une grande vitesse d’exécution. Ces deux toiles, dont la trace avait été perdue depuis la vente après décès de la collection de l’amateur et soutien de l’artiste, Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt (1715-1785), et qui n’étaient connues depuis que par deux sanguines et, pour Le jeu de la palette, par une version autographe de format différent, présentent ainsi, par leur caractère unique, un précieux chaînon manquant entre Le petit parc (vers 1760-1763) et La fête à Saint-Cloud (1775-1780), et constituent un complément déterminant dans la connaissance de l’oeuvre de Fragonard.

Le présent avis d’appel au mécénat d’entreprise porte sur 4 500 000 d’euros.

Les offres de versement, établies selon le modèle prévu par l’instruction de la direction générale des impôts 4-C-6-02 n° 184 du 24 octobre 2002, doivent être adressées à la direction générale des patrimoines, service des Musées de France, 6, rue des Pyramides, 75041 Paris Cedex 01, où les dossiers relatifs aux trésors nationaux et oeuvres présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national peuvent être consultés par les entreprises intéressées.