Certificat d’exportation refusé pour une oeuvre des frères Le Nain

Mathieu Le NainLe Christ enfant méditant sur la Crucifixion (vers 1640-1642), attribué à Mathieu Le Nain, s’est vu refuser un certificat d’exportation par la ministre de la Culture*. Elle s’est appuyée pour prendre sa décision sur un avis concordant de la Commission consultative des trésors nationaux publié parallèlement au Journal officiel du 22 avril 2018.

L’arrêté du 17 avril 2018 qualifie le tableau temporairement protégé de «témoin majeur de l’art recherché des frères Le Nain». Il ajoute que l’oeuvre est dotée «d’une esthétique sobre et d’un caractère poétique émouvant». La thématique unique de la toile, indique enfin le texte juridique, complèterait bien les collections publiques françaises de la fratrie de peintres du XVIIe siècle.

La Commission consultative des trésors nationaux estime que Le Christ enfant méditant sur la Crucifixion illustre «de façon émouvante» un thème rarement peint à l’époque, soit la représentation du Christ sous les traits d’un enfant entouré des instruments de la Passion. Il apparaît ainsi important, selon l’organisme consultatif, de conserver «ce tableau inédit» sur le territoire français, d’autant qu’il est «empreint d’une grande poésie méditative». La Commission précise enfin que «la facture assez sèche et chargée et le paysage aux tonalités orangées» la conduisent à attribuer l’huile sur toile à Mathieu parmi les trois frères Le Nain.

La toile a été vendue 2,9 millions € au Château d’Artigny, le 10 juin 2018, par la maison Rouillac.

Texte intégral

Arrêté du 17 avril 2018 refusant le certificat prévu à l’article L. 111-2 du Code du patrimoine

Par arrêté de la ministre de la Culture en date du 17 avril 2018, est refusé le certificat d’exportation demandé pour un tableau attribué à Mathieu Le Nain, Le Christ enfant méditant sur la Crucifixion, huile sur toile, vers 1640-1642, ce témoin majeur de l’art recherché des frères Le Nain, récemment identifié comme tel et attribuable à Mathieu, doté d’une esthétique sobre et d’un caractère poétique émouvant, ayant vocation à venir compléter, en illustrant un aspect moins représenté de leurs réalisations, lié à sa thématique religieuse rare, l’ensemble d’œuvres de cette fratrie d’artistes déjà conservées dans les collections publiques françaises.

 

Avis no 2018-02 de la Commission consultative des trésors nationaux

Saisie par la ministre de la Culture, en application de l’article R. 111-11 du Code du patrimoine,

Vu le Code du patrimoine, notamment ses articles L. 111-2, L. 111-4 et R. 111-11;

Vu la demande de certificat d’exportation déposée le 20 décembre 2017, relative à un tableau attribué à Mathieu Le Nain, Le Christ enfant méditant sur la Crucifixion, huile sur toile, vers 1640-1642;

La Commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 21 mars 2018;

Après en avoir délibéré,

Considérant que le bien pour lequel le certificat d’exportation est demandé est une remarquable oeuvre peinte, récemment réapparue, qui s’avère caractéristique de la production des frères Le Nain et a très vraisemblablement été réalisée par Mathieu Le Nain (1607 ?-1677); qu’il s’agit de la représentation peu courante du Christ enfant, vêtu d’un drapé blanc et agenouillé, les mains vers la poitrine en signe d’acceptation de la Crucifixion, sous les traits d’un jeune garçon dont le visage et l’apparence physique ont des similitudes avec d’autres enfants figurant dans plusieurs compositions célèbres des frères Le Nain, ce qui rend plausible le recours au même modèle; que cette oeuvre est typique aussi de cette fratrie talentueuse par le fait de présenter une gamme de coloris restreinte à des nuances de bruns, à part les tonalités violettes du grand drapé sur le bord de la toile, ainsi qu’un ordonnancement de la scène mettant en valeur une figure isolée dramatisée, avec un paysage qui s’ouvre dans la partie latérale du tableau, que l’on retrouve dans d’autres compositions des peintres, tout comme l’atmosphère de temps suspendu et le naturalisme qui apparaît notamment dans le traitement des instruments de la Passion représentés autour du Christ comme autant de natures mortes; que la facture assez sèche et chargée et le paysage aux tonalités orangées permettent une attribution à Mathieu Le Nain, qui, d’après les éléments stylistiques, l’aurait exécuté au début des années 1640, au moment de sa meilleure production et alors que ses frères étaient encore vivants; que ce sujet, dont l’iconographie correspond aux modèles propagés par la Contre-Réforme autour d’une spiritualité christocentrique, et le format utilisé plaident en faveur d’un tableau de dévotion privée, dont les frères Le Nain ont exécuté de nombreux exemplaires, même si beaucoup d’entre eux ne sont aujourd’hui pas localisés; qu’il apparaît important de maintenir sur le territoire ce tableau inédit, empreint d’une grande poésie méditative, caractéristique de la manière magistrale des peintres français majeurs du XVIIe siècle que sont les frères Le Nain et illustrant de façon émouvante un thème, rare à l’époque, de Jésus enfant méditant sur la croix et les instruments de la Passion;

Qu’en conséquence, cette oeuvre présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considérée comme un trésor national;

Émet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé.

Pour la Commission:

Le président,

E. Honorat